Les marchés ont continué leur ascension depuis notre dernière lettre financière. Nous pouvons toutefois constater un léger ralentissement depuis le dernier haut enregistré le 8 juin dernier. Les marchés sont en fait inquiétés par le nombre de nouveaux cas faisant surface dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis. Ils réagissent somme toute assez bien dans ce contexte pour diverses raisons.

D’une part plusieurs gouvernements ont annoncé qu’ils ne comptaient pas confiner de nouveau advenant la venue d’une deuxième vague. De plus, nous avons obtenu de très bons chiffres provenant du secteur des services et de l’emploi en Amérique du Nord. Rappelons-nous que le secteur des services représente les deux tiers de l’économie, l’autre tiers étant représenté par le secteur manufacturier. De très bons chiffres dans les circonstances actuelles, bien entendu… Il y a finalement toujours la possibilité qu’un vaccin soit annoncé à tout moment étant donné l’effort et les sommes importantes investis à cet effet.

D’autre part, avec la croissance de nouveaux cas et le déconfinement qui se fait timidement dans certains pays, le marché pourrait marquer une pause qui pourrait s’étirer pour une plus longue période. Tant que nous n’aurons pas retrouvé une certaine normalité, nous pouvons nous attendre à ce que la progression du marché ralentisse.

Le marché est dans une bulle ?

Il a été évoqué que le marché est déconnecté de la réalité et que nous assistons à une bulle. Nous pouvons constater que la valorisation des titres est actuellement dans une fourchette élevée, mais n’est pas dans une bulle. La valorisation devrait être beaucoup plus élevée pour assister à un tel phénomène. Le marché boursier peut effectivement sembler déconnecté de la réalité économique car il est en fait un indicateur avancé de l’économie. Il est considéré comme un indicateur avancé car l’investisseur qui ajoute un placement à son portefeuille aujourd’hui le fera en fonction de son anticipation du futur de la compagnie. Ainsi le marché boursier reflète l’anticipation des résultats des entreprises pour une période de 6 mois à 1 année à l’avance. Si nous regardons le rebond important de l’économie attendu par le FMI, l’OCDE et les banques centrales pour l’année 2021, il n’est donc pas surprenant de voir les marchés réagir dès maintenant.

Nous vous invitons à revoir nos trois scénarios économiques que nous vous avons présentés dans notre lettre financière en date du 31 mars dernier, si vous ne l’avez pas encore fait. Celles-ci sont toujours d’actualités et continuent de refléter mon opinion face aux perspectives à venir sur les marchés.