Skip to main content

Infolettre 31 décembre 2022 : Les marchés : Une année à oublier!

Les marchés: une année à oublier!

 

L’année 2022 sera une année à oublier. Les marchés boursiers à travers la planète ont terminé l’année en territoire négatif, et même les obligations qui protègent habituellement nos portefeuilles lors de marché baissier. Bref, il n’y a eu aucun endroit pour se protéger de la situation.

La situation qui a causé ce tourment, c’est l’inflation ! Pour les marchés financiers, plus particulièrement, c’est la hausse des taux d’intérêts, forte et rapide pour contrer l’inflation qui est la source de tous les maux. Après un signe de reprise en octobre et novembre, le mois de décembre s’est assombri par le ton dur et toujours restrictif de la banque centrale américaine, qui dicte les taux d’intérêt aux États-Unis.

La baisse qui a court présentement a débuté le 29 décembre 2021. Nous sommes ainsi à 12 mois de baisse consécutive. Nous devons remonter à 2007 et 2008 pour retrouver une période de baisse aussi longue, celle-ci ayant duré 17 mois au total. Nous avons perdu l’habitude de ces baisses prolongées, ce qui peut augmenter le sentiment d’inquiétude. Rassurez-vous, il y a des éléments positifs à l’horizon !

L’inflation que nous connaissons actuellement vient davantage de l’offre que de la demande. La hausse de taux d’intérêt vient réduire la demande, et de ce fait, a un impact qui nécessite plus d’efforts pour réduire l’inflation. L’offre, ou la chaîne d’approvisionnement, est problématique pour trois raisons principales (en ordre d’importance économique) soit : l’impact démographique en Occident qui réduit le nombre de personnes actives sur le marché du travail, la politique Covid zéro qui sévit
en Chine, et la guerre en Ukraine. La Chine vient tout juste de lever, après trois ans, ses mesures restrictives et sa politique Covid zéro. Cela apporte des inquiétudes supplémentaires à court terme (propagation de la maladie et inflation causée par une hausse subite de la demande), mais aura des effets positifs sur la chaîne d’approvisionnement, dans la mesure où la Chine continue d’abriter les plus importantes usines manufacturières au monde. Ces usines ont tourné aux ralentis durant les dernières années à cause de cette politique sanitaire très restrictive.

De quoi aura l’air l’année 2023 ? La plupart des études économiques que j’ai consultées ainsi que ma propre appréciation des données économiques, nous amène à croire que le premier semestre (6 mois) de l’année sera encore turbulent. Cette turbulence sera alimentée par deux éléments soient les taux d’intérêt et le spectre d’une récession.

Taux d’intérêt : Bien que nous sommes près de la fin de la hausse des taux d’intérêt, le marché n’est pas encore assuré du moment et du niveau qu’ils atteindront. Nous croyons que les taux terminaux seront atteints dans le premier trimestre et devrait être de 5 % à 5.25 % aux États-Unis. Au Canada, la banque centrale a annoncé qu’elle avait atteint le taux terminal à 4.25 % le 7 décembre dernier, mais de toute évidence les dernières données sur l’inflation, nous permettent de penser que la Banque du Canada n’a pas terminé le travail, et s’est probablement avancé trop rapidement. Bien que nous sommes près de la fin, cette incertitude qui demeure face à la hausse des taux d’intérêts devrait apporter de la volatilité sur les marchés pour encore quelques semaines.

Récession : À l’exception des États-Unis qui ont connu deux trimestres négatifs de croissance économique et qui de ce fait ont été en récession technique à l’été 2022, nous continuons à afficher une croissance économique positive. Celle-ci est cependant faible et nous sommes de plus en plus certains que nous serons en récession au cours de l’année 2023. La baisse que nous avons connue en 2022 reflète et intègre la hausse des taux d’intérêts (revalorisation). Toutefois, l’impact de la récession n’est pas pleinement intégré dans les marchés. En fait, les marchés semblent avoir intégré la possibilité d’une récession, mais relativement faible. S’il y avait lieu de croire que la récession serait de moyenne ou plus forte envergure, des ajustements supplémentaires pourraient avoir lieu.

Le marché financier n’aime pas l’incertitude et nous sommes toujours dans un environnement incertain pour les prochaines semaines. C’est principalement pour ces raisons que les différentes études ainsi que notre appréciation, nous suggèrent encore quelques semaines turbulentes en ce début d’années 2023. Cependant, nous sommes encouragés par l’ensemble de l’année 2023. Dans le contexte où les hausses des taux d’intérêt sont près de leur sommet, les obligations sont en bonne position pour nous donner des rendements intéressants en 2023. Si les taux d’intérêts ne bougeaient pas, les obligations afficheraient des rendements entre 4.25 % et 5.0 %. Ainsi, si les actions sont en voie à une reprise dans la seconde moitié de l’année, nous pourrions avoir une année beaucoup plus intéressante pour nos portefeuilles en 2023.

Dans tous les cas, vous pouvez être assuré que nous veillons continuellement à ce que vos portefeuilles soient bien positionnés face au contexte économique changeant.

Nous avons joint un graphique intéressant. Il illustre les rendements moyens réalisés sur les obligations et les actions aux États-Unis depuis plus de 100 ans. Les résultats de l’année 2022 sont affichés en rouge dans le graphique, et comme nous pouvons le constater, ne sont pas la norme.

Voici maintenant notre tableau qui résume le rendement des principaux indices boursiers depuis le début de l’année 2022. Selon Morningstar, la moyenne des portefeuilles de gestion équilibrée (considérés à risque moyen), comprenant 50% de revenus fixes (obligations) et 50% d’actions, a ainsi généré un rendement moyen de -10.41 % au 31 décembre 2022.

CELI 2023 – Augmentation des droits de cotisations

 

Le CELI est un compte de placements qui prend de plus en plus d’importance auprès des Canadiens. Instauré en 2009, le CELI permet de générer des rendements sur nos placements à l’abri de l’impôt. À chaque année, il est possible d’y contribuer. Pour l’année 2023, le droit de contribution est de 6,500$ soit une augmentation de 500$ comparativement à l’année 2022.

Si vous faite partie de notre processus de cotisation automatique, qui consiste à transférer des placements de votre compte de placement non-enregistré vers votre CELI, nous ferons la cotisation de 6,500$ pour vous. Sinon, nous vous invitons à communiquer avec nous en ce début de 2023 pour effectuer votre cotisation. Celle-ci peut être faite par prélèvement bancaire avec votre autorisation ou par virement électronique.

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour plus d’informations relativement à votre compte et cotisation CELI.

 

Les comptes bancaires conjoints – Assouplissement en cas de décès

 

Bonne nouvelle! Le gouvernement du Québec a mis fin au gel des comptes conjoints en cas de décès de l’un des partenaires du couple. L’entrée en vigueur de la Loi sur la remise des dépôts d’argent aux co-titulaires d’un compte, qui sont des conjoints ou des ex-conjoints, fait en sorte qu’il sera plus facile pour ceux-ci d’accéder à leur part du solde.

Avant l’entrée en vigueur de la loi, lors du décès d’un conjoint, les institutions financières gelaient les sommes au compte bancaire tant que la succession du défunt n’était pas réglée. Cela pouvait prendre quelques semaines, mais parfois plusieurs mois, et rendre précaire la situation financière de l’autre titulaire du compte pendant cette période. Maintenant, il faut juste porter une attention particulière aux dépôts et paiements automatiques effectués dans les comptes conjoints. Nous vous encourageons à faire rediriger ceux-ci rapidement vers votre compte personnel.

Désormais, les institutions financières doivent remettre au conjoint survivant la part du solde du compte qui lui revient. La loi prévoit un partage du solde à parts égales, à moins qu’une déclaration prévoyant un autre partage ait été faite auprès de l’institution financière, avant le décès. Cette nouvelle loi s’applique tant aux nouveaux comptes qu’aux comptes existants. L’Office de la protection du consommateur s’est vu confier la responsabilité de veiller à l’application de cette loi issue de la réforme sur le droit de la famille, sanctionnée en juin dernier.

 

Transaction dans les portefeuilles gérés – discrétionnaires

 

Nous avons fait quatre transactions dans les portefeuilles gérés au cours des deux derniers mois. En novembre, nous avons vendu la moitié de la portion des placements alternatifs détenus sous le sigle CROP, pour l’achat de l’indice du secteur technologique NASDAQ. Le secteur technologique est en baisse de -34 % depuis le début de l’année. À ce niveau,il offre de belle perspective à long terme. Nous avons également réduit légèrement les actions américaines orientées vers les dividendes pour les actions américaines représentées par le S&P 500.

Au cours du mois de décembre, nous avons vendu la dernière portion de placements alternatifs pour l’achat d’actions dans les pays émergeants, incluant la Chine. Le changement de stratégie de la Chine relativement à la Covid nous incite à renouer avec ce secteur géographique que nous avions mis de côté depuis plusieurs mois. Nous avons finalement déplacé nos obligations de court terme pour des obligations de moyen terme afin de maximiser les rendements sur nos obligations dans un contexte où nous approchons de la fin de la hausse des taux d’intérêts.

Exceptionnellement, il n’y aura pas de capsule vidéo en lien avec cette lettre financière. Soyez assuré que nous rependrons celle-ci lors de notre prochaine lettre en date du 28 février 2023.

Nous espérons que notre lettre financière vous est utile. N’hésitez pas à communiquer avec nous en tout temps si vous avez des questions supplémentaires !!

Nous vous souhaitons une merveilleuse année 2023, de la santé, beaucoup de bonheur et une bonne année pour nos placements !!

 

André Charette, MBA, CIM

 

 

 

André Charette est inscrit à titre de Directeur de succursale et Gestionnaire de portefeuille auprès de Valeurs mobilières PEAK Inc. Il est également inscrit à titre de conseiller en
sécurité financière auprès de Planivest Inc. Planivest Inc. est un cabinet dûment inscrit auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) dans la discipline d’assurance de
personnes. Valeurs mobilières PEAK Inc., courtier en valeurs mobilières de plein exercice, inscrit auprès de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs
mobilières, limite son offre et responsabilité aux produits d’investissements. Valeurs Mobilières PEAK Inc., est membre du Fonds Canadien de Protection des Épargnants. Les
renseignements contenus dans ce présent document ont été préparés par M. André Charette, Directeur de succursale et Gestionnaire de portefeuille inscrit auprès de Valeurs
Mobilières PEAK Inc.; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas
nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK Inc. Valeurs Mobilières Peak Inc. n’est pas responsable du contenu de ce document