Skip to main content

Infolettre 31 août 2022: Les marchés: Les États-Unis en Récession

Par 13 septembre 2022Non classifié(e)

Les marchés : Les États-Unis en Récession

 

Les États-Unis viennent d’enregistrer deux trimestres négatifs de croissance économique mesurée par le PIB. Ce faisant, le pays est considéré en récession. En fait, les États-Unis sont en récession technique, car une récession officielle doit refléter une hausse du taux de chômage significative en plus d’une croissance négative de l’activité économique. Le taux de chômage est toujours à des niveaux de plein emploi présentement. Il faudra attendre quelques mois avant que le Bureau national de la recherche économique (NBER), seul organisme habilité aux États-Unis à désigner officiellement les périodes de récession, se prononce à cet effet. Le Canada et l’Europe continuent d’afficher une croissance économique positive, mais beaucoup plus faible que les trimestres précédents. De toute évidence, nous assistons à un ralentissement économique des principales économies mondiales. Il n’est donc pas surprenant de voir les marchés financiers afficher des reculs depuis le début de 2022.

Qu’est-ce qui explique ce ralentissement ? Le taux d’inflation ou plus précisément le remède qui est mis en place pour juguler l’inflation, soit la hausse des taux d’intérêts. Ce sont les banques centrales de chaque pays qui décident de la direction que les taux d’intérêt prendront, de ce fait, les marchés sont fixés sur elles et tentent d’anticiper leur décision. Depuis quelques mois déjà, les banques centrales augmentent rapidement les taux d’intérêt. Cette hausse vient ralentir l’économie et par ricochet l’inflation. Le message que les banques centrales nous envoient est ‘’ Nous cherchons à contenir l’inflation, par une hausse des taux d’intérêts, tout en visant un atterrissage en douceur de l’économie ‘’. Les marchés financiers commencent à y croire, car les données sur l’inflation ont fléchi, plus particulièrement en juillet comme en fait foi le tableau suivant :

Les marchés financiers ont enregistré une hausse de près de 5 % dans les jours suivant la divulgation du taux d’inflation du mois de juillet, le 10 août dernier. Cependant, la banque centrale américaine ou, plus précisément, son président Jérôme Powell est venu refroidir l’ardeur du marché lors d’une allocution qu’il a tenue le 26 août dernier. Lors de celle-ci, il a modifié considérablement le message ‘’Nous cherchons à contenir l’inflation tout en visant un atterrissage en douceur de l’économie’’, par ‘’ Nous visons à contenir l’inflation coûte que coûte. Nous allons continuer à utiliser les outils en notre possession (hausse des taux d’intérêt) pour la freiner. Préparez-vous à la possibilité d’un ralentissement économique qui éprouvera les ménages et les entreprises ’’. Les marchés se sont écrasés suivant son allocution et dans les journées qui ont suivi, de sorte que nous nous approchons des bas observés en juin dernier.

 

Je trouve personnellement que son allocution est désolante. Nous pouvons déjà reprocher aux banques centrales d’avoir trop tardé à augmenter les taux d’intérêt, mais d’augmenter ceux-ci de façon agressive avec peu d’égard aux conséquences économiques, me laisse perplexe. . Bien que les banques centrales aient une influence importante sur l’économie, nous pouvons être assurés que son évolution peut différer des actions qu’elles entreprennent. De nature optimiste, je crois qu’un atterrissage en douceur est toujours possible. Nous surveillerons attentivement les chiffres sur l’inflation, prévus pour le 13 septembre prochain et les mois à venir, car ce sont ces résultats qui dicteront réellement les décisions à venir des banques centrales.

 

Depuis le début 2022, les marchés financiers sont tournés vers le taux d’inflation et l’évolution des taux d’intérêt. Pour cette raison, nous avons traité beaucoup de ce sujet dans nos lettres financières des mois de juin, avril et février 2022. Nous vous invitons à les revoir si vous désirez obtenir plus d’informations à cet effet ( elles sont sur notre site). Ma recommandation n’a toujours pas changé face à la situation actuelle. Malgré les baisses que nous avons connues depuis le début de l’année, je demeure optimiste et l’historique des marchés penche dans le même sens. Je comprends que ce soit contre-nature, mais je recommande actuellement de ne pas modifier vos portefeuilles, et même d’investir si vous pouvez vous le permettre. Étant donné la baisse du marché, il est plutôt avantageux d’investir à rabais que vendre à perte.

 

Vous pouvez être assurés que nous veillons continuellement à ce que vos portefeuilles soient bien positionnés face à l’évolution de l’économie et des marchés. Ainsi, pour les portefeuilles gérés, nous apportons continuellement les modifications qui sont requises selon l’évolution du marché. Si vous avez des questions ou des inquiétudes, n’hésitez surtout pas à me contacter.

 

Voici maintenant notre tableau qui résume le rendement des principaux indices boursiers depuis le début de l’année 2022. Selon Morningstar, la moyenne des portefeuilles de gestion équilibrée (considéré à risque moyen), comprenant 50 % de revenus fixes (obligations) et 50 % d’actions, a ainsi généré un rendement moyen de -12.19 % au 31 août 2022.

L’inflation

 

L’inflation se caractérise par une augmentation généralisée des prix. Elle est mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) qui reflète l’évolution du prix d’un panier de différents produits de consommation. C’est Statistique Canada qui effectue le calcul sur une base mensuelle et publie les résultats. Elle suit l’évolution d’un panier de plus de 700 différents produits qu’elle répertorie en différentes catégories. Le tableau indique la croissance des prix des différentes catégories sur une base annuelle :

Source : Statistique Canada

Le tableau suivant est intéressant. Bien qu’il représente l’IPC aux États-Unis, il nous permet de voir l’impact des différentes catégories dans l’inflation globale. Nous pouvons constater que le logement, le transport et l’alimentation sont les composantes les plus importantes de l’inflation.

L’inflation se manifeste lorsqu’il y a un décalage entre la demande pour les produits et l’offre de produits disponibles. Bien que la demande soit forte, une grande partie du problème vient de l’offre de produit : guerre en Ukraine, confinement en Chine, démographie. La démographie est particulièrement intéressante : nous pouvons voir dans le dernier recensement canadien, que l’ensemble de la population vieillis, de sorte que nous avons présentement un écart de croissance entre la population vieillissante formant de nouveaux retraités, et les jeunes qui arrivent sur le marché du travail.

Source : Statistique Canada

Actuellement, il y a deux fois plus de postes vacants aux États-Unis, que le nombre de chômeurs disponibles.

Ce phénomène, particulièrement nouveau, contribue à l’inflation que nous connaissons aujourd’hui. Comme il y a moins de travailleurs disponibles, cela contribue au décalage entre la demande et l’offre de produits et services. Nous pourrions croire que cette situation portera l’inflation pour de nombreuses années. Je crois toutefois, que nos entreprises seront en mesure de s’y adapter. La modification des horaires de travail et l’automatisation de certains postes ont déjà commencé. Par exemple, les postes de caissiers (ières) se font de plus en plus rares, étant remplacés par des caisses automatisées. Certes, il y aura un coût et un délai pour l’automatisation de certains postes, mais il en résultera aussi à plus long terme des économies salariales non-négligeables, qui favoriseront une augmentation des marges de profits des entreprises, et de ce fait, la croissance de nos placements.

 

Un nouveau compte – Le CELIAPP

 

Il existe plusieurs types de comptes différents, comme le RÉER, le FERR, le CRI, le FRV, le CELI et le REEE, pour désigner les principaux comptes utilisés. Ce sont en fait des contenants dans lesquels nous pouvons mettre tous les types de placements que nous voulons. Le rendement dépendra des placements qui seront intégrés aux comptes et sera en lien avec le niveau de risque de l’investissement choisi.

Chaque type de compte ou contenant a ses propres particularités, généralement de natures fiscales. Le gouvernement Fédéral vient d’introduire un nouveau type de compte, le CELIAPP, qui commencera en 2023. Ce type de CELI encouragera l’accession à la propriété des acheteurs d’une première maison. Il est similaire au programme RAP que nous pouvons utiliser à même le compte RÉER, mais il apporte quelques nuances qui à prime à bord le rendent un peu plus intéressant. Voici les principales caractéristiques.

  • Possibilité de cotiser jusqu’à 8,000$ par année pour une période de 5 ans;
  • Le montant cotisé est déductible d’impôt comme un Réer;
  • Les rendements réalisés dans le compte ne sont pas imposables;
  • Le montant peut être retiré du compte sans impôt pour l’achat d’une première maison;
  • Si le montant est retiré sans être utilisé pour l’achat d’une propriété, il sera imposé comme un retrait Réer;
  • Le montant peut être transféré dans un Réer régulier s’il n’est pas utilisé pour l’achat d’une propriété, et ce, sans toucher aux droits de cotisations du Réer existant;
  • Comme le programme RAP, vous êtes considéré comme l’acheteur d’une première maison si, au cours de la période de quatre ans, vous n’avez pas demeuré dans une habitation dont vous ou votre époux ou conjoint de fait actuel étiez propriétaire.
  • Le régime ne peut être utilisé qu’une seule fois, et il est valide pour une durée maximale de 15 ans
  • Il ne sera pas possible d’utiliser le CELIAPP et le RAP en même temps.

 

Il y a plusieurs autres particularités dans le régime, mais nous vous avons présenté ici les principales. Quelques questions sont en suspens pour lesquelles nous attendons plus de précision du gouvernement. Par exemple, certaines stratégies fiscales pourraient s’appliquer, notamment pour les personnes de moins de 71 ans qui auraient vendu leur propriété depuis 4 ans ou plus. Il y aurait la possibilité pour eux d’utiliser le régime pour des considérations fiscales avantageuses.

 

Nous vous tiendrons informé lorsque le CELIAPP sera en fonction chez PEAK. Ce sera un outil fort intéressant à considérer pour vous, vos enfants ou petits-enfants.

 

Transactions dans les portefeuilles gérés – discrétionnaires

 

Nous n’avons pas fait de transactions dans les portefeuilles gérés au cours des deux derniers mois. Nos portefeuilles sont bien positionnés face au ralentissement économique actuel et la hausse des taux d’intérêts. Nous sommes positionnés de façon défensive et nous sommes prêts à revenir davantage dans les marchés lorsque le moment sera opportun.

N’oubliez pas d’aller visionner la dernière vidéo en lien avec cette lettre financière si vous préférez ce média à l’adresse suivante :

 

https://www.planivest.ca/videoconference/

 

Nous espérons que notre lettre financière vous est utile. N’hésitez pas à communiquer avec nous en tout temps si vous avez des questions supplémentaires !!

 

André Charette, MBA, CIM

 

 

André Charette est inscrit à titre de Directeur de succursale et Gestionnaire de portefeuille auprès de Valeurs mobilières PEAK Inc. Il est également inscrit à titre de conseiller en sécurité financière auprès de Planivest Inc. Planivest Inc. est un cabinet dûment inscrit auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) dans la discipline d’assurance de personnes. Valeurs mobilières PEAK Inc., courtier en valeurs mobilières de plein exercice, inscrit auprès de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières, limite son offre et responsabilité aux produits d’investissements. Valeurs Mobilières PEAK Inc., est membre du Fonds Canadien de Protection des Épargnants. Les renseignements contenus dans ce présent document ont été préparés par M. André Charette, Directeur de succursale et Gestionnaire de portefeuille inscrit auprès de Valeurs Mobilières PEAK Inc.; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK Inc. Valeurs Mobilières Peak Inc. n’est pas responsable du contenu de ce document.